Dental Tribune Belgium (French)

Billet d’humeur – Chaque avantage a son inconvénient

By Hilde Devlieger
February 19, 2021

En solo, en duo, dans une université, un centre dentaire multisites, un cabinet spécialisé exclusif, un hôpital, un cabinet géré par des investisseurs qui placent judicieusement leur argent, bref le choix du cadre dans lequel vous voulez travailler est vaste!

Pour ma part, j’ai commencé en solo. Et quand je dis solo, c’est vraiment seule, pas d’assistante, pas de confrère, uniquement un horrible téléphone et une effroyable sonnette qui me vrillait les tympans. Je n’ai pas tenu longtemps dans ces conditions…

Heureusement, j’ai pu rapidement passer à une pratique en duo. Mais dans un duo, vous êtes deux, donc pas seule, et il faut un peu de temps pour s’y habituer. Partager la charge de travail, mieux planifier les heures ou, tout simplement, bénéficier d’un petit coup de main si vous êtes dans le pétrin avec un traitement hyper difficile, il n’y avait que des avantages. Pourtant, comme disait la légende du foot Johan Cruyff, et j’inverse sa phrase: «Chaque avantage a son inconvénient». Oui, nous avons passé de bons moments à deux et puis hop avec une assistante en plus. Nos journées de travail étaient toujours aussi longues, mais la satisfaction au travail était beaucoup plus grande. Vous pouviez déléguer des tâches et aussi, en toute sérénité, planifier un petit voyage (je vous parle d’une époque pré-coronavirus, bien entendu), votre collègue restait fidèle au poste!

Mais, travailler à deux signifie aussi que vous voyez énormément de patients en plus. Et beaucoup de patients attirent encore plus de patients, si bien que, sans vous en rendre compte, vos journées deviennent à nouveau interminables, qu’une seule assistante ne suffit plus et que vous vous retrouvez devant un choix à faire.

Vous agrandir et donc investir ou refuser des patients. Je trouve que c’est un choix très difficile. «C’est quoi cette idiotie?», me direz-vous. «Installez vite quelques cloisons, un fauteuil et au boulot! Qu’ils viennent ces patients, plus il y en a, mieux c’est!» Mais est-ce bien le cas? Je travaille à deux pas de la frontière avec les Pays-Bas et voici ce qu’un représentant venu récemment me visiter m’a déclaré, tout étonné: «Je ne comprends pas pourquoi vous, les Belges, vous voulez des cabinets toujours plus grands comme aux Pays-Bas. 15-20 fauteuils, ce n’est pas une exception, mais les patients sont un numéro et il n’y a plus de centres de soins, mais des usines sans le moindre service personnel. À votre avis, pourquoi tous ces Néerlandais viennent en Belgique pour leurs soins dentaires?». J’avais bien dans la tête une réponse cinglante du genre: «Ces avares ne viennent ici que parce que c’est moins cher en Belgique...». Mais je l’ai ravalée, parce qu’il avait marqué un point. Allons-nous tous bientôt travailler dans ces grands cabinets de groupe? Cela comporte certainement de très nombreux avantages, mais est-ce mieux pour le patient? Beaucoup de patients préfèrent avoir toujours le même dentiste, en qui ils ont confiance et auquel ils sont habitués. J’entends parfois des patients suivis dans de grands cabinets se plaindre qu’ils ont une fois encore été vus par un autre dentiste et qu’ils n’ont pas trouvé ça extra.

Mais, d’un autre côté, un grand cabinet peut aussi mieux réaliser les investissements toujours plus importants et exigeants permettant à ces mêmes patients d’être traités avec les technologies les plus up-to-date. Et les urgences sont sans doute aussi traitées plus vite dans un plus grand groupe de dentistes qui travaillent sous le même et unique toit.

Cruyff était un sage…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International