Dental Tribune Belgium (French)

Entretien avec le Dr Alexandre Pereira Monteiro

By Kuraray Noritake Dental
April 27, 2019

Avec les progrès et l’avancée continus de la zircone, les dentistes n’ont plus à choisir entre les qualités esthétiques et les qualités mécaniques de leurs restaurations. Grâce à son KATANA Zirconia Block, Kuraray Noritake Dental offre un matériau qui possède non seulement des propriétés esthétiques et mécaniques naturelles exceptionnelles, mais que les dentistes peuvent aussi fraiser et fritter au fauteuil. Dominique Terracol, chef régional des ventes chez Kuraray Noritake France, a récemment interviewé le Dr Alexandre Pereira Monteiro, dentiste qui gère son propre cabinet à Cessy, en France, sur la façon dont il a intégré le nouveau Katana Zirconia Block dans son flux de travail.

Docteur Pereira, pourriez-vous nous parler un peu de vous et de votre carrière ?
Diplômé de la faculté d’Odontologie de Clermont-Ferrand je me suis rapidement orienté vers une pratique implanto-chirurgicale et de parodontologie au travers de multiples formations nationales et internationales puis j’ai enchaîné sur l’esthétique, la CFAO ou encore les technologies lasers assistées. J’affectionne tout particulièrement les cas de réhabilitation complexe multidisciplinaire qui nous permettent d’exprimer passionnément tout notre savoir-faire à travers un plan de traitement global impliquant une participation active du patient, acteur de sa santé bucco-dentaire.

Vous avez récemment commencé à utiliser le Katana Zirconia Block. Pour quels types de restaurations l’avez-vous utilisé et comment voyez-vous l'évolution de la zircone dentaire ?
J’ai débuté l’utilisation des nouveaux blocs Katana Zirconia par des restaurations prothétiques postérieures puis j’ai tout de même essayé des restaurations antérieures là où les cas si prêtaient bien et je dois avouer que bien que sceptique au départ j’ai été bluffé par son rendu esthétique.

La zircone a longtemps été décriée pour ses faibles valeurs esthétiques bien que reconnue pour ses propriétés mécaniques. Ces anciens dogmes ne sont plus d’actualité dans le sens où ces nouvelles gammes de zircone atteignent des valeurs de translucidité similaires à la majorité des couronnes disilicate de lithium tout en apportant une résistance mécanique bien supérieure. Je pense que de nos jours tout praticien-prothésiste conscient ne peut pas ignorer l’ensemble des qualités de la zircone. Chez nos amis prothésistes elle a fait ses preuves depuis longtemps et son utilisation est très répandue. Pourquoi pas au sein de nos cabinets pour une utilisation « chairside » ?

Selon vous, quels sont les principaux avantages de ce produit ?
Ses avantages comme cité précédemment vont être des valeurs de translucidité similaires à l’emax mais une résistance à la flexion dépassant les 760 MPa là où les silicates de lithium se situent autour des 500 MPa. Ces valeurs impliquent cliniquement des épaisseurs minimales de matériau beaucoup plus faible (1mm contre 1,5 à 2mm) et donc une préparation tissulaire moins invasive. Par ailleurs sa grande résistance à l’abrasion laisse supposer une plus grande longévité de nos restaurations.

Pourrez quelles raisons avez-vous décidé de travailler avec une machine CEREC dans votre cabinet dentaire ?
Pour ma part l’utilisation d’un système d’usinage au cabinet était une évidence. Désireux de maîtriser mes traitements de A à Z autant que possible j’ai opté pour le passage au tout numérique qui, au-delà du temps gagné et du confort pour le patient, nous apporte un outil thérapeutique puissant et renforce l’image du cabinet auprès de nos patients. Je pense qu’une fois la barrière technologique passée et la courbe d’apprentissage maîtrisée on se prend vite au jeu de repousser ses propres limites en tirant la qualité de nos soins vers le haut. Il faut certes repenser sa façon de travailler et réorganiser son activité mais on y gagne à la fois en confort de travail et en rentabilité pour notre entreprise. Les patients adhèrent vite à cette philosophie et sont toujours émerveillés de voir leur prothèse s’usiner au cabinet. De mon côté j’aime les faire participer et réaliser toutes les séquences de modélisation avec eux jusqu’au lancement de l’usinage.

L'utilisation de la zircone, en comparaison avec vos produits actuels, modifie-t-elle la manière dont vous utilisez votre CEREC ?
Je dois dire que l’approche de la zircone au CEREC est certes quelque peu différente dans sa partie de post-traitement et peut apparaître déroutante pour un grand nombre d’utilisateurs qui sont habitués depuis longtemps à l’utilisation d’autres matériaux. Elle apparaît plus complexe dans le sens où une fois de plus cela oblige le praticien à se remettre en question et à réorganiser ses phases de laboratoire autour de ce matériau. L’usinage en lui-même ne change en rien l’utilisation habituelle que nous avions de notre système ; la grande différence va se situer sur les phases de post traitement qui sont certes plus longues mais rien d’insurmontable. Par ailleurs la zircone étant beaucoup plus tendre la finition de nos prothèses au stade de pré-cuisson est facilité et nos usineuses sont moins sollicitées que pour l’usinage des disilicates ce qui n’est pas négligeable. Tous les utilisateurs d’un CEREC ou d’autres systèmes d’usinage au cabinet doivent avoir conscience qu’ils deviennent de manière active des prothésistes et ont l’obligation de maîtriser par conséquence tous les biomatériaux dont la zircone. Se passer de ses avantages pour un simple gain de temps me paraît être une hérésie.

Grâce à sa technologie multicouche et à sa résistance à la flexion impressionnante, le Katana Zirconia Block offre des avantages à la fois esthétiques et mécaniques au dentiste. À votre avis, comment ce matériau se compare-t-il aux autres matériaux comme le verre au silicate de lithium ?
Je pense que ces nouvelles gammes de zircone présentent de nombreux avantages. Elles allient à la fois des propriétés esthétiques grâce à leurs paramètres de translucidité similaires aux verres de silicates de lithium et les avantages d’une résistance à la flexion et à l’abrasion bien supérieure. Chaque matériau à ses indications et contre-indications et l’on devrait toujours se poser la question de quel est le plus adapté à la situation clinique lorsque l’on entreprend une réhabilitation prothétique.

En ce qui concerne le collage, les restaurations faites avec le Katana Zirconia Block peuvent être collées de manière fiable avec les systèmes de collage PANAVIA. Quelle a été votre expérience avec cela ?
Utilisateur de nombreux systèmes de collage et cémentation je connais bien le Panavia V5 qui a le mérite d’être un système très poyvalent dans ses indications tout en étant très tolérant. Il présente un protocole simple, unique, et facilement reproductible qui pourra satisfaire la majorité des praticiens. Mention spéciale pour la version opaque qui s’avère très efficace pour masquer une structure métallique ou une dent fortement dyschromiée.

Comment faites-vous les finitions de vos restaurations Katana ?
Concernant les finitions de mes restaurations sur Katana j’aime retravailler l’anatomie de mes prothèses (reliefs, sillons secondaires, lignes de transition etc) à l’aide de micro fraises de restauratrice avant de procéder à la sintérisation puis pour les phases de polissage et de brillantage j’utilise le kit de polissage de chez Meisinger très complet pour toutes les finitions de nos céramiques.

Un kit de polissage a également été développé par Kuraray Noritake ; il s’agit du Katana Zirconia TWIST DIA qui comprend une association de trois roues polissoirs de différentes granulométries. Ces dernières ont l’avantage d’être respectueuses de la morphologie des restaurations et d’avoir une durée de vie très correcte.

Quel a été le ressenti de vos patients vis-à-vis de ce produit ?
Côté patient c’est un sans faute. Intégration esthétique très sympa et patientèle satisfaite. Un outil de plus dans mon arsenal thérapeutique.

Merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International