Dental Tribune Belgium (French)

Nouvelle réglementation aux États-Unis des traitements du mercure en dentisterie

By Dental Tribune International
October 24, 2014

 WASHINGTON, États-Unis : Malgré le fait que l´on connaisse les conséquences négatives sur l'environnement, des tonnes de mercure dérivées des amalgames de plombage finissent chaque année dans les égouts publics des États-Unis. Fin septembre, l'Environmental Protection Agency (EPA) a proposé de nouvelles mesures, visant à réduire les menaces résultant d´une mauvaise élimination des déchets notamment en imposant aux dentistes de tous les États-Unis d'employer des séparateurs d'amalgame.

Avec la nouvelle réglementation, qui fait partie de la Loi sur l'assainissement de l'eau, l'Agence espère diminuer les rejets métalliques toxiques, y compris le mercure, au moins de 8,8 tonnes par an. Afin de réduire la charge financière pour les États et les localités qui devront mettre en œuvre et superviser les nouvelles règles, l´EPA a annoncé des initiatives visant à simplifier les exigences de surveillance de l'industrie dentaire. Après l'assujettissement à une période de consultation publique et d'audience en novembre, la mesure devrait entrer en vigueur en septembre, l'année prochaine.

D´après l'EPA, près de 3,7 tonnes de mercure par an provenant des cabinets dentaires, sont libérées aux États-Unis. Selon le Zero Mercury Working Group, 50 % du mercure total est libéré dans le système public de traitement des eaux usées par les industries dont la dentisterie. Les séparateurs d'amalgames ont d´ores et déjà montré leur efficacité dans le domaine du métal toxique, pourtant à ce jour, seul 12 États, dont New York et le Massachusetts, ont préconisé leur utilisation dans les cliniques dentaires. Selon les nouvelles règles, les dentistes de tous les états devront installer et utiliser ces systèmes en permanence.

Kenneth J. Kopocis, administrateur adjoint de l'Office de l'eau de l'EPA, a déclaré dans un communiqué : « Il s'agit d'une règle de bon sens qui permet de retirer le mercure à un coût relativement faible, avant qu´il ne soit dispersé sur le réseau publique de traitement. Cela renforcera la protection de la santé humaine en demandant l´élimination basée sur la technologie et sur les pratiques qu'environ 40 pour cent des dentistes à travers le pays utilisent déjà grâce à l'American Dental Association (ADA), à nos états et aux partenaires locaux. »

Depuis 2007, l'ADA recommande l'utilisation de séparateurs pour éliminer des amalgames dentaires par le biais de ses guides de management. Cependant, les rapports montrent que, sans obligation, l’utilisation de dispositifs de traitement approprié des déchets d'amalgame manque encore sérieusement dans les États.

Interrogé par la Dental Tribune online les fonctionnaires de l´ADA ont déclaré que leur organisation examinera le dossier pour s'assurer que le poids de traitement ne soit pas excessif sur la profession dentaire. Rendre les cliniques dentaires entièrement conforme à la réglementation entraînerait un coût de 700 dollars par an.

Bien que relativement sans danger lorsqu'il est utilisé dans des produits d'obturation dentaire, le mercure peut devenir très toxique lorsqu'il réagit avec des microorganismes aquatiques spécifiques. Cette variante, connue sous forme de méthylmercure, peut être stockée chez des poissons et animaux qui se nourrissent eux-mêmes de poissons, et peut engendrer, en cas de consommation, des risques graves pour la santé de l'homme, notamment par l´apparition de maladies cardiovasculaires et de déficits du développement chez les enfants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International