Dental Tribune Belgium (French)

Théorie alternative sur l’apparition du mal de dent

June 11, 2021

MIDDELBURG, PAYS-BAS - Une récente découverte de l’électrophysiologiste allemande Katharina Zimmermann indique que le mal de dent apparaît de façon très différente de ce que l’on avait pensé jusqu’ici. Madame Zimmermann a approfondi ses recherches autour du fait que les dents enflammées sont extrêmement sensibles au froid. Il est apparu qu’un type spécial de cellules présentes dans les dents, les odontoblastes, seraient capables de détecter les dommages ou les menaces pour la dentition. Cette étude est parue dans Science Advances et NRC a publié début avril à son propos.

L’explication habituelle du mal de dent, la théorie de Brännström, n’a jamais été prouvée. Cette théorie revient à dire que les terminaisons nerveuses au plus profond des dents peuvent être stimulées par des modifications du flux de fluide dans la dentine, qui pourraient être influencées par des modifications de température. Dans la théorie alternative de Zimmermann, les canaux seraient moléculaires et pas physiques. Cette découverte propose une explication plus simple du phénomène du mal de dent que celle de la théorie de Brännström.

Les odontoblastes circulent dans l’entièreté des fins canaux de la dentine. Ils peuvent de ce fait reconnaître rapidement une variation de température. Il y a quelques années, on avait déjà découvert que les odontoblastes font partie du système immunitaire. Ils sécrètent des substances antibactériennes aux endroits où l’émail dentaire est endommagé et fabriquent des substances de signalisation qui activent d’autres éléments du système immunitaire.

L’étude montre que les odontoblastes réagissent au froid via un récepteur moléculaire appelé TRPC5. Le fait que ce récepteur jouerait aussi un rôle en cas de douleur inflammatoire explique du coup pourquoi mâcher un clou de girofle aide à soulager le mal de dent: l’eugénol contenu dans les clous de girofle est un puissant inhibiteur du TRPC5. Il est apparu que les récepteurs TRPC5 étaient présents de façon beaucoup plus importante dans les odontoblastes que dans les terminaisons nerveuses. D’après Katharina Zimmermann, l’action se situe dès lors dans les odontoblastes. Il est apparu en outre que dans les dents humaines endommagées l’activité TRPC5 avait augmenté, ce qui correspond à l’observation que les dents enflammées sont plus sensibles au froid.

(sources: Science Advances et NRC)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International